Les plus beaux patrimoines
se façonnent dans l'exigence

PEA et Compte Titres

Produits au fonctionnement relativement similaire, le PEA et le Compte Titres se différencient avant tout par la nature des actifs qui les composent et par leur niveau de fiscalité à la sortie.

Deux outils de gestion d’actifs financiers aux différences marquées

Première différence entre ces deux enveloppes produits, la nature des actifs disponibles. Comme son nom l’indique, le Plan d’Epargne en Actions est un instrument de gestion d’un portefeuille composé uniquement d’actions européennes (Union européenne, Norvège et Islande), détenues soit en direct, soit par l’intermédiaire de SICAV ou de FCP. Le Compte Titres peut lui détenir tous les types d’actifs financiers (monétaires, obligataires, en actions ou parts de SCPI).

Contrairement au PEA dont les versements sont plafonnés à 150 000 €, il n’existe pas de limite de versements sur un Compte Titres. Une même personne peut par ailleurs détenir plusieurs comptes titres mais un seul PEA.

Fiscalement, la différence entre ces deux produits est également importante. Le PEA bénéficie d’une fiscalité privilégiée à la sortie s’il est conservé au moins cinq ans. Dans ce cas les plus-values ne sont pas taxées et ne supportent que 15,5 % de contributions sociales dès le 1er euro de plus-values. Pour un Compte Titres, les plus values sur les revenus sont imposées selon le barème progressif de l'IRPP, ils sont assujettis aux prélèvements sociaux, à la source pour les dividendes. Les plus values sur les actions sont imposées selon le barème progressif de l'IRPP après abattement par année de détention.  

Les intégrer dans une démarche patrimoniale globale

Les spécificités des PEA et Compte titres GRESHAM