Les plus beaux patrimoines
se façonnent dans l'exigence

S'assurer des revenus complémentaires

Au départ à la retraite, ou à tout autre moment, il est possible de transformer une partie de son patrimoine en revenus complémentaires. De nombreuses solutions existent pour répondre à chaque situation. Et lorsque l’on peut anticiper, c’est encore mieux…

L'importance du temps 

Il faut différencier deux périodes clés :

  • la phase de « constitution », durant laquelle on accumule et place de l’épargne (cette période peut être inexistante, si l’on souhaite tout de suite transformer une partie de son patrimoine en revenus complémentaires),
  • la période « d’utilisation » de cette épargne sous la forme de revenus complémentaires.

C’est la durée estimée de ces deux périodes qui sera déterminante dans le choix des placements à effectuer, bien plus que la nature de l’événement qui les sépare (par exemple le départ à la retraite).

Plus la phase de constitution sera longue, plus on pourra mettre d’actions et de supports immobiliers dans l’allocation d’actifs de son placement pour tonifier la performance. L'investissement dans une SCPI permettra de générer des revenus réguliers dès la première année. Si la phase de constitution est courte (moins de cinq ans), mieux vaut utiliser des obligations ou le fonds en euros d’un contrat d’assurance vie, plus sécurisés mais aussi moins rémunérateurs. En anticipant, il sera donc possible d'augmenter ses revenus futurs.

Lors de la phase d’utilisation, et après un éventuel arbitrage des actifs constituant le placement, l’épargnant pourra le plus souvent opter pour des retraits successifs, ponctuels ou programmés (à date prédéterminée, par exemple tous les trimestres), ou pour une rente viagère qui aura pour effet « d’aliéner » son capital (il en perdra la propriété, qui sera transférée à la compagnie d’assurance versant la rente).

Bien entendu, il faudra aussi prendre en compte la fiscalité des revenus (IRPP), du patrimoine (ISF) et des placements choisis, durant les phases de constitution et d’utilisation. Un éventuel différentiel de niveau d’imposition entre les deux phases (par exemple une réduction des revenus et de l’imposition après un départ à la retraite) sera également significatif.

Compte tenu de la complexité de ces différents éléments, mieux vaut se faire aider par un professionnel de la gestion de patrimoine.

Les « solutions packagées » de certains grands réseaux

L'approche GRESHAM Banque Privée