Les plus beaux patrimoines
se façonnent dans l'exigence

Le décryptage des politiques monétaires et de l'évolution des cours euro / dollar

A l’image du Président George Washington sur le billet vert, Mario Draghi, Président de la Banque centrale européenne (BCE) aura-t-il un jour son effigie sur les billets en euro ? Il faut dire qu’avant lui, jamais autant d’euros n’avaient été en circulation. Sauveur pour les uns, despote monétaire pour les autres, le banquier italien est au centre de toutes les attentions. En effet, depuis la crise des subprimes en 2008 puis la crise des dettes souveraines, les banquiers centraux dictent la tendance sur les marchés financiers. Dernier exemple effet de cet interventionnisme, le taux de change euro-dollar. Décryptage.

La FED et la baisse du dollar

Depuis la crise financière de 2008, la Réserve fédérale a mené une politique monétaire extrêmement expansionniste en utilisant tous les instruments à sa disposition pour relancer la croissance. Ces injections massives de liquidité dans le système (jusqu'à 85 milliards de dollars par mois) ont favorisé la dévalorisation du billet vert par rapport aux autres monnaies.

L’ampleur de cet interventionnisme américain a évité une baisse durable de la devise européenne malgré l’instabilité qui règne en Zone Euro depuis 2010.

La BCE et la baisse de l'euro

Quels impacts sur les prix des actifs financiers ?

Le mouvement de dépréciation de la monnaie unique peut-il se poursuivre ?