Les plus beaux patrimoines
se façonnent dans l'exigence

Actualités des marchés financiers, octobre 2017.

Vocation de la présente communication : elle a été produite par GRESHAM afin de partager sa vision de long terme. Cette vision ne peut à elle seule permettre d’établir une allocation d’actifs. En effet, composer un portefeuille sur la base de ce document ne saurait aboutir à une solution optimisée ni même diversifiée au regard du couple rendement/risque. Par ailleurs, il est important de prendre en compte les spécificités des investisseurs : l’horizon de placement, l’aversion au risque, la diversification de ses avoirs, avant toute recommandation. Ainsi, la présente communication ne peut constituer un conseil en investissement ou une recommandation en vue d’acheter ou de vendre des actifs.

Panorama économique

Zoom sur l'allocation d'actifs

Actions géographiques et sectorielles

Actions géographiques:

La reprise de la consommation et la croissance économique engendrent un environnement globalement positif pour les actions, ce qu’illustre la croissance du PIB au niveau mondial.

  • États-Unis : Les perspectives sont négatives : les valorisations, toujours très élevées, sont entretenues par des investisseurs dans l’ensemble confiants. Les résultats financiers des entreprises sont excellents mais le risque politique est toujours présent, ainsi une grande prudence s’impose.
  • Europe : Les résultats des entreprises et de la macroéconomie se révèlent supérieurs aux attentes : ils sont revenus au niveau précédent l’élection d’Emmanuel Macron qui aura permis d’alléger le risque politique.
  • Japon : Les résultats des entreprises sont en nette progression et on constate un début d’amélioration macroéconomique. La bourse et le Yen évoluent en sens opposé.
  • Royaume-Uni : une très faible visibilité sur les négociations et les nombreux enjeux du Brexit.

Actions sectorielles:

  • L’énergie, les actions industrielles et financières affichent les plus fortes performances en septembre. Les valeurs de consommation non cycliques continuent leur baisse.
  • L’amélioration des indicateurs avancés(1), les valorisations relatives et les facteurs techniques évoluent en faveur des valeurs cycliques.
  • Les financières et les valeurs de consommation non cycliques accusent de fortes baisses.
  • Un positionnement équilibré, avec un léger biais cyclique, semble opportun.
  • Nos supports à privilégier :
    Stratégie Consommation Luxe & Low Cost : les valorisations attractives, son positionnement cyclique et la consommation, résiliente sur ce secteur, en font un support avantageux.
    Stratégie Télécom : Les valorisations sont attractives, malgré un certain retard par rapport aux autres secteurs.
  • Nos supports à surveiller :
    Stratégie Techno : Son positionnement cyclique, sa forte exposition aux marchés américains, et ses niveaux de valorisations et performances, très élevées depuis le 1er janvier et dépendantes des résultats des géants de la tech américaine, indiquent que les réserves de performances sont épuisées.

Obligations

On observe un retour de la volatilité sur les taux européens en fin de trimestre. Cela s’explique notamment par le résultat des élections allemandes, l’orientation belliciste (« hawkish » (2)) du discours de la présidente de la Réserve fédérale américaine (FED) Janet Yellen et les attentes autour du projet de réforme fiscale annoncé par Donald Trump.

L’environnement est plutôt favorable pour le crédit aux entreprises, qui affichent des fondamentaux sains. Les flux sur la classe d’actifs présentent une tendance positive, néanmoins les valorisations sont peu attractives. La revue du programme d’assouplissement quantitatif (QE) de la BCE, attendue en fin d’année, et le contexte de croissance dynamique, font peser un risque sur les taux.

(1) Les indicateurs avancés reflètent en avance l'activité économique réelle. Ils permettent d'anticiper des changements de tendances économiques. Ils sont difficiles à analyser puisqu'ils anticipent l'activité économique. Combinés à d'autres indicateurs, ils permettent de confirmer ou d'infirmer certaines tendances. Par exemple, un bon chiffre sur l'indice de confiance des consommateurs peut sous-entendre une consommation future plus élevée, mais cette tendance sera confirmée ou infirmée avec un indicateur retardé.
(2) Hawkish / Dovish sont deux termes opposés. Ils sont utilisés pour décrire l’orientation de la politique d’une banque centrale. Une politique monétaire Hawkish a pour objectif de lutter contre l’inflation par tous les moyens possibles, et notamment une hausse des taux d'intérêts.

En synthèse