Les plus beaux patrimoines
se façonnent dans l'exigence

Actualités des marchés financiers, novembre 2016.

Vocation de la présente communication : elle a été produite par GRESHAM afin de partager sa vision de long terme. Cette vision ne peut à elle seule permettre d’établir une allocation d’actifs. En effet, composer un portefeuille sur la base de ce document ne saurait aboutir à une solution optimisée ni même diversifiée au regard du couple rendement/risque. Par ailleurs, il est important de prendre en compte les spécificités des investisseurs : l’horizon de placement, l’aversion au risque, la diversification de ses avoirs, avant toute recommandation. Ainsi, la présente communication ne peut constituer un conseil en investissement ou une recommandation en vue d’acheter ou de vendre des actifs.

Panorama économique

Un environnement global toujours marqué par une croissance modérée, rend les chocs difficiles à absorber. La reflation peine toujours à se matérialiser, malgré l’activisme des banques centrales.

États-Unis – (Prévision 2016 : PIB 1,5 % / Inflation 1,2 %)

Comme attendu, le produit intérieur brut (PIB) américain affiche une croissance vigoureuse au 3ème trimestre (+2,9 %) grâce notamment à une forte hausse des exportations et un effet de restockage. La bonne orientation des indicateurs avancés (1) couplée à une consommation résiliente et un retour de l'investissemen privé devraient permettre une croissance au dernier trimestre autour de 2,3 %. Dans le contexte de l'élection présidentielle, la Réserve Fédérale amériacaine n'a pas monté ses taux en novembre.

Zone Euro – (Prévision 2016 : PIB 1,5 % / Inflation 0,2 %)

Après un 3ème trimestre en ligne à +0,3 % pour le PIB en zone euro, un momentum plus dynamique est possible au dernier trimestre, soutenu par un rebond de l'économie allemande. La croissance 2017 est attendue autour de 1,2 à 1,4 %. Prochaine réunion de la Banque Centrale Européenne (BCE) en décembre. Le marché attend une communication de la BCE sur la gestion de son programme d'achat.

Japon – (Prévision 2016 : PIB 0,6 % / Inflation - 0,2 %)

Les données publiées sur la consommation sont toujours décevantes, mais la confiance des consommateurs se maintient sur une tendance haussière. Sous l'effet de la demande externe, l'embellie du secteur manufacturier semble se poursuivre. Les indicateurs PMI(1) des services et manufacturier sont tous les deux au-dessus de 50. Les perspectives de croissance demeurent malgré tout assez modestes pour les prochains mois. Le ralentissement de l'inflation semble se poursuivre et le chômage demeure proche de son plus bas à 3%/ Lors du dernier conseil de politique monétaire, la Banque Centrale japonaise (BOJ) a tenté d'éloigner dans le temps l'atteinte de l'objectif d'inflation.

Royaume-Uni – (Prévision 2016 : PIB 1,8 % / Inflation 1,2 %)

Inflation attendue en forte hausse en 2017 et 2018 par la Banque d'Angleterre, suite à la dépréciation importante de la monnaie britannique depuis le début d'année (face à l'Euro et au Dollar), et au déficit de la balance courante en augmentation. La croissance économique reste faible, même si les indicateurs avancés(1) sont positifs en octobre. Les incertitudes concernant les conditions de sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne s'accentuent. La Haute Cour de Londres a décidé que le gouvernement devait obtenir l'accord du Parlement pour déclencher l'article 50.

(1) Les indicateurs avancés reflètent en avance l'activité économique réelle. Ils permettent d'anticiper des changements de tendances économiques. Ils sont difficiles à analyser puisqu'ils anticipent l'activité économique. Combinés à d'autres indicateurs, ils permettent de confirmer ou d'infirmer certaines tendances. Par exemple, un bon chiffre sur l'indice de confiance des consommateurs peut sous-entendre une consommation future plus élevée, mais cette tendance sera confirmée ou infirmée avec un indicateur retardé.
(2) L'indice des directeurs d'achat est unn indicateur composite de l'activité manufacturière d'un pays. Il est parfois désigné sous le sigle PMI ou avec l'expression "indice PMI" pour l'anglais purchasing managers index. Exprimé en pourcentage, il prend en compte les prises de commandes, la production, l'emploi, les livraisons et les stocks du secteur manufacturier. Il s'agit d'un indicateur reflétant la confiance des directeurs d'achat. Une valeur inférieure à 50 % indique une contraction de l'activité d'un secteur, alors qu'une valeur supérieure à 50 % indique une expansion de celui-ci.

Zoom sur les élections aux Etats-Unis

Zoom sur l'allocation d'actifs

En synthèse