Les plus beaux patrimoines
se façonnent dans l'exigence

Actualités des marchés financiers, mai 2017.

Vocation de la présente communication : elle a été produite par GRESHAM afin de partager sa vision de long terme. Cette vision ne peut à elle seule permettre d’établir une allocation d’actifs. En effet, composer un portefeuille sur la base de ce document ne saurait aboutir à une solution optimisée ni même diversifiée au regard du couple rendement/risque. Par ailleurs, il est important de prendre en compte les spécificités des investisseurs : l’horizon de placement, l’aversion au risque, la diversification de ses avoirs, avant toute recommandation. Ainsi, la présente communication ne peut constituer un conseil en investissement ou une recommandation en vue d’acheter ou de vendre des actifs.

Panorama économique

Zoom sur l'allocation d'actifs

Actions géographiques et sectorielles

Actions géographiques:

L'environnement est globalement positif pour les actions. Les résultats sont supérieurs aux attentes, malgré la remontée de l'inflation. On enregistre également de bonnes performances des Bourses de la zone euro.

  • États-Unis : dans l’ensemble les résultats sont corrects. On note une avancée dans le cycle économique avec des valorisations élevées. Les incertitudes demeurent nombreuses sur les réformes et les stimuli fiscaux annoncés par le Président Trump.
  • Europe : L’élection d’Emmanuel Macron a permis de réduire le risque politique, avec une forte amélioration des résultats et de la macroéconomie. Cependant les valorisations sont désormais moins attractives.
  • Japon : Les résultats des entreprises s’améliorent. Le soutien de la Banque centrale japonaise (BoJ) envers l’économie de l’archipel, ajouté à la dépréciation du Yen, deviennent des facteurs favorables aux marchés actions japonais.
  • Royaume-Uni : une très faible visibilité sur les négociations et les nombreux enjeux du BREXIT.

Actions sectorielles:

  • Nouvelle hausse de valeurs cycliques sur le mois d’avril qui affichent les meilleures performances (Technologiques et Consommation).
  • L’activité de fusions-acquisitions et les prévisions de résultats continuent de soutenir les marchés actions ;
  • Le contexte macroéconomique joue en faveurs des valeurs cycliques, même si les récents résultats et la baisse de la tendance nous incitent à plus de prudence.
  • Nos supports à privilégier :
    Stratégie EuroActions Dividendes : haut rendement lié à son exposition à l'euro, les valorisations sont attractives.
    Stratégie Télécom : Les valorisations sont attractives, malgré un certain retard par rapport aux autres secteurs.
  • Nos supports à surveiller :
    Stratégie indice Pierre : La remontée des taux rend les valorisations de moins en moins attractives.

Obligations

Le mois d'avril a connu deux phases bien distinctes, avec de petites tensions en début de mois, qui se sont apaisées après la publication du taux d'inflation, et le résultat des élections présidentielles françaises.

L'approche des élections françaises a ramené de la volatilité en France ainsi que dans les pays européens périphériques. Les rendements obligataires ont d’abord baissé, avant de se réajuster après les résultats du premier tour des élections françaises. Sur le crédit, le mois d’avril est bien orienté et la volatilité se réduit.

Pour les mois qui viennent, les taux américains orientés à la hausse et le changement de discours de la Banque Centrale européenne sur sa politique "ultra-acommandante" feront peser un certain risque sur les taux d’intérêt de la zone euro. Après les élections françaises, c’est l’Italie qui porte désormais la majeure partie du risque politique dans la zone euro.

L'obligataire joue un rôle diversifiant dans une allocation d'actifs (négativement corrélé aux actions) ; il est désormais un peu mieux rémunéré (1%).


En synthèse