Les plus beaux patrimoines
se façonnent dans l'exigence

Actualités des marchés financiers, Décembre 2016

Panorama économique

Zoom sur les risques qui pèsent sur 2017

Zoom sur l'allocation d'actifs

Actions : La diversification à la fois géographique et sectorielle demeure primordiale.

Suite aux bonnes données économiques et à l’initiation d’un rally de fin d’année, nous adoptons un positionnement moins défensif. Parmi les éléments clé qui devraient peser sur les marchés actions, nous retiendrons :

  • L’appréciation du dollar contre l’euro qui devrait profiter aux exportateurs européens et accentuer la politique de la BCE
  • La politique menée par Donald TRUMP qui devrait bénéficier aux secteurs de l’énergie, de la finance et des infrastructures mais peser sur le secteur de la santé. L’augmentation des dépenses publiques et la diminution des impôts sur le revenu et les sociétés devraient profiter aux actions américaines.
  • La bonne santé économique de l’Allemagne, renforcée par la reprise de la croissance mondiale et un secteur industriel allemand florissant
  • La demande en hausse de matières premières, la maitrise de l’offre avec une amélioration de la conjoncture mondiale et un possible accord en l’OPEP et la Russie sur une baisse de la production de pétrole.

Obligations : L’obligataire joue toujours son rôle diversifiant dans une allocation d’actifs (négativement corrélé aux actions) ; il est désormais un peu mieux rémunéré (1 %).

La tension sur les rendements obligataires se poursuit en novembre en raison notamment de :

  • l’élection de Donald TRUMP qui promet une politique économique reflationniste,
  • la hausse des prix du pétrole qui s’est accélérée, suite à l’accord de réduction de l’offre de l’OPEP,
  • l’annonce de la BCE qui étend son programme d’achat de titres jusqu’en décembre 2017 et en réduit sa taille à 60 milliards d’euros par mois à partir d’avril 2017,
  • la baisse de l’euro contre le dollar,
  • et en fin, les anticipations d’inflation qui progressent significativement, ce qui pèse sur les rendements obligataires.

Dès lors, le contexte demeure incertain et les taux semblent avoir déjà anticipé une partie des « bonnes » nouvelles.

Le crédit Investment Grade2 offre un supplément de rendement pour un risque acceptable (taux de défaut implicite à 6 %).

Pour les taux souverains de la zone Euro, le risque politique continue à peser et pourrait perdurer avec les nombreuses élections de 2017. Ils pourraient également souffrir de la remontée des anticipations inflationnistes.


Devise : un environnement volatil

  • La devise américaine a atteint son objectif de 1,05 contre Euro. Seule une anticipation de hausse des taux américains plus rapide qu’anticipé peut lui faire atteindre la parité.

En synthèse

2 Les titres investissables ou investment grade correspondent aux obligations émises par les emprunteurs qui reçoivent une note allant de AAA à BBB- par les agences de notation, selon l'échelle de Standard & Poor's. Elles s'opposent aux "non-investment grade", également appelées "speculative grade" ou "high yield" ("haut rendement"), bien plus risquées mais conférant un retour plus substantiel (notes allant de BB+ à D selon Standard & Poor's). Les obligations "Investment grade" répondent à un niveau de risque faible et sont les seules obligations que les investisseurs institutionnels peuvent acheter; les autres étant considérées comme trop risquées.