Les plus beaux patrimoines
se façonnent dans l'exigence

Les actifs hôteliers : une alternative aux placements traditionnels

hotellerie

L'investissement hôtelier se démocratise et attire de plus en plus d'investisseurs qui trouvent dans ces actifs tangibles une opportunité d'investissement dont la rentabilité peut être élevée et la prise de risque maîtrisée. Les conditions économiques actuelles accentuent encore l'attrait de cette classe d'actifs. "Compte tenu de l'instabilité économique, financière et fiscale, les investisseurs sont encore plus vigilants dans le choix de leur support d'épargne, le moins sensible possible aux aléas des marchés financiers", observe Olivier Potellet, Président-Directeur Général de GRESHAM. Plus que jamais, il est conseillé de diversifier son patrimoine.

Les chiffres clefs de l'hôtellerie en France

Les actifs hôteliers : une alternative aux placements traditionnels

L'investissement hôtelier présente non seulement l'avantage d'offrir des actifs "tangibles" - des hôtels de 2 à 4 étoiles, d'une capacité maximum de 200 chambres - mais aussi "résilients". Le taux moyen d'occupation des hôtels français, l'un des plus élevés d'Europe (66 % en province et de 80 % à 100 % à Paris), montre une vraie résilience du secteur de l'hôtellerie et une capacité à rebondir rapidement après les chocs conjoncturels (Guerre du Golfe de 1991, 11 septembre 2001, crise des subprimes de 2008). Mieux : le marché dispose d'un réel potentiel de développement.

La France concentre 8 % du tourisme mondial et représente la première destination touristique au monde. Le développement d'une classe moyenne dans les pays émergents, friande de voyages à l'étranger, l'explosion des "week-ends de quatre jours" constituent autant de relais de croissance. Or, on estime qu'il manque déjà 10 000 chambres à Paris et, en dépit de son rang de leader, la France possède seulement le 4ème parc hôtelier en Europe.

La France demeure une valeur refuge aussi bien pour la clientèle nationale que pour la clientèle étrangère, grâce à son patrimoine, sa culture, ses événements, son territoire diversifié et ses infrastructures d'accueil de qualité. Le secteur du tourisme, dans son ensemble, représente environ 7 % du PIB ; celui de l'hôtellerie-restauration représente, quant à lui, 2,5 %.

Le secteur hôtelier est en profonde mutation avec à la fois une montée en gamme des établissements afin de répondre aux standards mondiaux et une diminution du poids des hôteliers indépendants au profit des chaînes et grandes enseignes.

L'hôtellerie offre aujourd'hui des perspectives intéressantes sur le long terme et la liquidité du secteur conjugée à ses capacités de résilience lui permettent d'afficher un couple rendement / risque attractif : le parc hôtelier français est celui qui a le moins évolué au cours de ces dernières années, et ce, alors même qu'il affiche la meilleure progression en terme de revenu moyen par chambre disponible.

D'où l'idée de GRESHAM Banque Privée de proposer à des clients d'investir dans un fonds qui achète des titres représentant des hôtels indépendants (à 40% en capital et à 60 % par l'emprunt), les rénove, optimise leur gestion, les fait monter en gamme et les revend quelques années plus tard en réalisant une plus-value. Les établissements sont choisis avec soin en privilégiant des emplacements en centre-ville de grands agglomérations (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Nantes, Lille...) permettant de s'adresser à la fois à une clientèle touristique et d'affaires. Ils seront dirigés par un entrepreneur motivé et engagé pouvant détenir jusqu'à 20 % à 30 % du capital de l'hôtel. Cet investissement dans des titres de PME hôtelières peut être logé dans un Fonds Commun de Placement à Risque (FCPR) ou dans un Fonds d'Investissement de Proximité (FIP).