Actualités des marchés financiers

Achevé de rédiger le 14/05/2019

Les données se redressent légèrement en Zone Euro, mais la croissance de la région est revue à la baisse par les instances européennes. Les Etats Unis ont publié des chiffre de croissance supérieurs aux attentes.

Panorama économique

Macro :

  • Les données économiques de la zone euro se sont améliorées : la croissance du PIB a surpris à la hausse sur le premier trimestre (0,4 % d’un trimestre sur l’autre, 1,2 % d’une année sur l’autre), les PMI manufacturiers se sont améliorés par rapport aux mois précédents.
  • L’inflation s’est accélérée pour atteindre son plus haut niveau depuis six mois.
  • Plusieurs analystes ont revu à la hausse leurs prévisions 2019 concernant la croissance du PIB chinois, cet indicateur ayant dépassé les attentes avec 6,4 % au premier trimestre. À plus long terme, certains facteurs structurels ralentiront le pays, mais la reprise conjoncturelle est une bonne nouvelle pour l’économie mondiale et les actifs risqués dans leur ensemble.

Politique – Géopolitique :
Le sommet de l’UE s’est mis d’accord sur un nouveau report du « Brexit », « seulement aussi longtemps que nécessaire » et « au plus tard jusqu’au 31 octobre ». La menace d’un « Brexit » sans accord a donc été repoussée de six mois.
Le président américain Trump a menacé la Chine d’une hausse des droits de douane, générant une escalade dans le conflit commercial et incitant la Banque Populaire de Chine (BPC) à annoncer une réduction du coefficient des réserves obligatoires pour les petits réseaux bancaires.

Marchés Actions

Marchés : Focus géographique

  • États-Unis : Croissance économique stable et bien orientée, supérieure aux attentes au premier trimestre, et les valorisations sont revenues légèrement au-dessus de leur moyenne historique à long terme. Un accord est attendu suite aux négociations sino-américaines mais de la volatilité reste probable. La Réserve fédérale américaine (FED) se montre patiente et attentive aux données économiques, mais rassurante.
  • Europe : Les dernières données d’inflation et de croissance sont encourageantes pour la zone Euro. On observe une sortie de récession pour l’Italie mais la croissance allemande reste soumise aux tensions commerciales. La saison des résultats est "moins décevante" qu’attendu.
  • Japon : Les actions sont impactées négativement lorsque le yen s’apprécie (notamment en période d’aversion au risque).
  • Royaume-Uni : l’économie reste résiliente mais susbiste un manque total de visibilité sur l'issue du Brexit. Les activités manufacturières sont relancées en anticipation du Brexit

Marchés : Focus sectoriel

A retenir :

  • Les cycliques sont en surperformance en avril, mais demeurent sensibles aux annonces concernant les échanges commerciaux.
  • Aux Etats-Unis, le bilan de la saison des résultats s’avère meilleur que prévu (les profits du premier trimestre pour le S&P attendus autour de 0%, contre -4%)
  • Surprises positives pour les secteurs technologique, financier, santé et consommation discrétionnaire.
  • En revanche, les secteurs de l’énergie et des services de communication ont obtenu des résultats plus bas que prévu

Obligations - Marchés Taux et Crédit

Crédits Souverains

L’inflation hors éléments volatils n’augmente que très peu.
Le discours des banques centrales demeure inchangé, la Fed reste vigilante mais ne cède pas à la pression présidentielle.
Les taux allemands à 10 ans oscillent autour de 0.
Les spreads Intra UEM poursuivent leur resserrement.

Crédit Investment Grade

  • Les spreads se sont resserrés en avril pour tous les ratings. Le mouvement est plus marqué sur le BBB. Les spreads reviennent sur les niveaux d’Octobre 2018. La hausse de fin d’année 2018 et de début 2019 a été effacée. Les investisseurs recherchent du rendement et les spreads sont comprimés.
  • Le volume d’émission est en hausse de 11% par rapport à la même période de l’année dernière (570 milliards).

Vocation de la présente communication : elle a été produite par GRESHAM afin de partager sa vision de long terme. Cette vision ne peut à elle seule permettre d’établir une allocation d’actifs. En effet, composer un portefeuille sur la base de ce document ne saurait aboutir à une solution optimisée ni même diversifiée au regard du couple rendement/risque. Par ailleurs, il est important de prendre en compte les spécificités des investisseurs : l’horizon de placement, l’aversion au risque, la diversification de ses avoirs, avant toute recommandation. Ainsi, la présente communication ne peut constituer un conseil en investissement ou une recommandation en vue d’acheter ou de vendre des actifs.

Ces solutions et actualités pourraient vous intéresser

Assurance-vie

Placement préféré des français, ce placement offre une fiscalité allégée à la sortie et en cas de décès. Ce produit d'épargne peut s'adapter à de nombreux besoins.

Loi de finances 2019

Quelles sont les mesures phares et quelle est leur incidence sur les revenus, la fiscalité ou le patrimoine ?

Perspectives économiques 2019

Après une année 2018 marquée par un retour en force de la volatilité, découvrez les tendances et perspectives économiques pour 2019.