Actualités des marchés financiers

Achevé de rédiger le 11/06/2019

La poursuite du bras de fer entre la Chine et les Etats-Unis rend le contexte macroéconomique incertain. En l'état actuel, les risques sont toujours liés à la baisse graduelle de la croissance tant aux Etats Unis qu'en Zone Euro.

Marchés financiers : les temps forts du mois

Guerre commerciale

Aux États-Unis, la Maison Blanche a annoncé son intention de renforcer ses tarifs douaniers sur les importations mexicaines.

Une soudaine et spectaculaire salve de « tweets », entraînant une escalade dans le conflit commercial sino-américain, a affecté les prix de divers actifs internationaux dans un contexte d’aversion pour le risque, marqué par une flambée de volatilité.

Le 1er juin, la Chine a augmenté ses droits de douane sur 60 milliards de dollars de marchandises américaines, affectant les produits agricoles, le secteur de l’énergie, les commandes de Boeing et le commerce de services en général, alors que la Chine représente le créancier le plus important des États-Unis et le premier détenteur de bons du Trésor américains. 

Europe

Menaçant à nouveau d'une procédure de sanction, très hypothétique, Bruxelles espère rappeler Rome à ses engagements en matière de dette publique.

Selon la presse italienne, le Premier ministre Giuseppe Conte soupçonne le vice-Premier ministre Matteo Salvini de préparer le démantèlement de la coalition populiste et le déclenchement de nouvelles élections.

Elections européennes : la coalition allemande fragilisée par la démission de la présidente du Parti Social-Démocrate.

Marchés Actions

Actions - Focus géographique


États-Unis :

  • La croissance économique est stable et résiliente
  • Les tensions commerciales avec le Mexique et la Chine se poursuivent
  • La Réserve Fédérale des Etats-Unis (FED) se montre attentive aux données économiques, mais rassurante et prête à agir si nécessaire

Europe

  • On observe un regain de tension entre l'Italie et Bruxelles sur le budget
  • Le discours de la Banque Centrale Européenne (BCE) est moins accomodant qu'attendu, mais elle reste à la manoeuvre
  • La prévision de croissance est légèrement à la hausse pour 2019, constante pour 2020

Japon

  • Les récents indicateurs montrent une certaine stabilité de l'économie, avec une inflation qui croît très graduellement
  • La Banque Centrale est à la manoeuvre (achat d'actifs risqués)
  • Les actions sont impactées négativement lorsque le yen s'apprécie, notamment en période d'aversion au risque

Royaume-Uni

  • Le Parti du Brexit de Nigel Farage arrive en tête des élections européennes
  • Theresa May a annoncé sa démission
  • La perspective d'un nouveau gouvernement pro Brexit maintient de nombreuses incertitudes

Actions - Focus sectoriel

A retenir

  • Recul de l'ensemble des secteurs en mai, les secteurs défensifs surperforment le marché sur le mois suite au retour des tensions commerciales et des craintes sur la croissance.
  • En Europe, le secteur de l'alimentation résiste grâce à sa nature défensive et son exposition diversifiée à la croisance mondiale. Les valorisations du secteur restent élevées, et le secteur pourrait être sanctionné si les taux devaient remonter.
  • Le secteur de la santé, bien que défensif, sous-performe depuis le début de l'année, les investisseurs craignant une refonte du système de santé américain qui aurait des conséquences baissières sur le prix des prestations et des médicaments aux Etats-Unis. Les fondamentaux du secteur restent solides.

Obligations - Marchés Taux et Crédit

Crédits Souverains

Les taux européens semblent pour l'instant capés et vont se maintenir dans cette zone.
La baisse des taux américains a entrainé dans son sillage tous les taux européens. Les spreads entre l'Allemagne et les autres pays de la Zone Euro se sont resserrés à l'exception des spreads italiens.

> Les taux allemands s'enfoncent en territoire négatif.
> Les spreads Intra UEM poursuivent leur resserrement.

Crédit Investment Grade

Les flux permettent de soutenir le marché malgré des rendements peu attractifs.
L'augmentation de l'aversion pour le risque a provoqué un écartement des spreads de crédit. Néanmoins, les taux de rendement des obligations corporates sont restés stables.

> Les investisseurs privilégient un profil défensif et sélectif.

Vocation de la présente communication : elle a été produite par GRESHAM afin de partager sa vision de long terme. Cette vision ne peut à elle seule permettre d’établir une allocation d’actifs. En effet, composer un portefeuille sur la base de ce document ne saurait aboutir à une solution optimisée ni même diversifiée au regard du couple rendement/risque. Par ailleurs, il est important de prendre en compte les spécificités des investisseurs : l’horizon de placement, l’aversion au risque, la diversification de ses avoirs, avant toute recommandation. Ainsi, la présente communication ne peut constituer un conseil en investissement ou une recommandation en vue d’acheter ou de vendre des actifs.

Ces solutions et actualités pourraient vous intéresser

Fintechs : le nouvel empire chinois

En quelques années, les start-up de la finance ont transformé la vie quotidienne des Chinois. En savoir plus sur les enjeux des fintechs chinoises.

Loi de finances 2019

Quelles sont les mesures phares et quelle est leur incidence sur les revenus, la fiscalité ou le patrimoine ?

Perspectives économiques 2019

Après une année 2018 marquée par un retour en force de la volatilité, découvrez les tendances et perspectives économiques pour 2019.