Actualités des marchés financiers, avril 2018

Panorama économique

La croissance s'accélère de manière synchrone.

États-Unis – (Prévisions 2018 : PIB : 2,8 % / Inflation : 2,4 %)

Le Produit Intérieur Brut (PIB) au quatrième trimestre 2017, termine à +2.9% soutenu par la consommation des ménages et les stocks. Le dynamisme des enquêtes se maintient en mars. Le premier trimestre 2018 devrait se situer autour de +2.2% (impact négatif de l’immobilier et commerce extérieur). Concernant la Fed, une hausse de taux en mars et deux autres sont attendues courant 2018.

Zone Euro – (Prévision 2018 : PIB 2,3 % / Inflation 1,4 %)

Le léger fléchissement des enquêtes sur le climat des affaires se confirme mais la tendance reste favorable. La confiance des consommateurs demeure intacte. Le marché de l’emploi poursuit son amélioration avec un taux de chômage à 8.5 %.

Japon – (Prévision 2018 : PIB 1,3 % / Inflation 0,9 %)

Légère inflexion des derniers indicateurs et des données dures. Si la consommation reste sur sa trajectoire, la production industrielle, les PMI et le commerce extérieur marquent le pas. La banque du Japon (Boj) maintient sa politique ultra accommodante.

Royaume-Uni – (Prévision 2018 : PIB 1,5 % / Inflation 2,5 %)

Le PIB 2017 est de 1.4%, porté par une consommation des ménages qui a résisté grâce à une croissance importante des crédits à la consommation. Petit fléchissement des données du secteur de la construction. La BoE pourrait effectuer deux hausses de taux en 2018.

 

Zoom sur l'allocation d'actifs

Actions géographiques et sectorielles

Actions géographiques

L'environnement macro est positif pour les actions. Une baisse généralisée s'est poursuivie en mars.

  • États-Unis : Les perspectives sont négatives : Les valorisations restent relativement élevées. Le ratio rendement / risque est peu intéressant et le « *momentum » est négatif
  • Europe : Les perspectives sont positives : Les perspectives sont attractives aussi bien sur le plan macro-économique que micro. Les valorisations sont redevenues attrayantes mais l’euro fort pourrait être pénalisant.
  • Japon : Les perspectives sont positives : Les résultats des entreprises sont bons. La banque du Japon est toujours en soutien du marché japonais. On note une valorisation de l’indice dans la moyenne historique
  • Royaume-Uni : Les perspectives sont négatives : Une très faible visibilité sur les négociations et les nombreux enjeux du Brexit.
.

Actions sectorielles

Dans la baisse, les valeurs défensives s’en sortent le mieux sur les cycliques. L’énergie et les utilities se reprennent alors que les financières et les technos souffrent. Malgré un contexte macroéconomique positif (prévisions de croissance, d’inflation, indicateurs avancés …) la détente des valorisations et les facteurs techniques (saisonnalité, momentum, RSI …) n’accordent plus de faveur certaine aux valeurs cycliques. Nous adoptons un positionnement équilibré entre les valeurs cycliques et défensives.

Obligations

Les marchés de Taux

Le mouvement de baisse des taux enclenché au mois de février s’est poursuivi en mars avec une baisse des taux allemands d’environs 15 points de bases (bps). Les taux périphériques profitent du mouvement malgré l’absence de majorité en Italie et « l’alliance » de deux partis europhobes. Compte tenu du maintien de la dynamique macro-économique, le biais demeure à la hausse modérée sur les taux longs européen.

Le crédit

Les émissions ont totalisé 130 milliards d’euros au premier trimestre avec l’amélioration des conditions de refinancement. Les spreads corporates se sont écartés d’un peu plus d’une dizaine de bps sur le mois avec le retour de la volatilité sur les marchés actions. Les taux de défaut poursuivent leur baisse. Le marché du crédit est encore soutenu par la politique monétaire de la Banque Centrale Européenne. Le positionnement neutre est maintenu sur le marché du crédit qui devrait continuer à bien se tenir.

Synthèse

Perspectives économiques

  • États-Unis : La croissance du quatrième trimestre 2017 est révisée en hausse à +2.9% soutenue par la consommation des ménages et les variations de stocks. Les indicateurs avancés se maintiennent sur des niveaux historiquement hauts malgré un léger trou d’air en mars. Le premier trimestre 2018 est attendu autour de +2% / +2.5% (variation trimestrielle) du fait de l’impact négatif de l’immobilier puis en accélération le reste de l’année. Trump semble nuancer ses propos quant à la guerre commerciale en limitant son action à la Chine. Du côté de la FED, elle devrait réaliser deux nouvelles hausses de taux en 2018 et deux en 2019.
  • Zone Euro : Léger fléchissement des enquête du climat des affaires mais la dynamique reste satisfaisante. L’inflation ne devrait accélérer que transitoirement début 2018. La BCE n’enclenchera pas de cycle de hausse des taux avant 2019.
.

Vues sur les marchés financiers

Actions

  • En Europe : La dynamique macro et micro-économique est bonne. Les valorisations sont attractives.
  • Aux Etats-Unis : Les résultats sont corrects mais sont déjà dans les valorisations généreuses. La réforme fiscale pourrait soutenir le marché dans les mois à venir mais le potentiel de gain ne semble pas attractif par rapport au risque.
  • Au Japon : Très bons résultats des entreprises et avec des valorisations redevenues raisonnables. Á noter le soutien de la BoJ.
  • Au Royaume-Uni : Les entreprises britanniques sont dans l’incertitude sur les conditions du Brexit et pourraient souffrir de la perte de pouvoir d’achat des ménages.

Obligations (taux et crédit)

  • Crédit : le crédit devrait continuer à bien se tenir.
  • Taux souverains : On note une perspective haussière maintenue sur les taux longs en 2018.

Devises

Les perspectives deviennent plutôt baissières sur le dollar.

Recommandation d'allocation

Un positionnement en retrait sur les taux souverains, et neutre en ce qui concerne le crédit. Globalement le contexte est neutre sur les actions, particulièrement pour les valeurs européennes et japonaises. Le positionnement est plutôt négatif sur les actions américaines et britanniques. Un positionnement sectoriel équilibré avec un biais cyclique pour ce début d'année.